Retour à la liste

Histoire du sel

Guérite de Barrarac'h

A Barrarac’h, se trouve une ancienne guérite de douaniers, construite à la fin du 18e siècle ou au début du suivant. Elle est la seule encore visible sur Séné avec celle de la Garenne, à Montsarrac.

En 1806, Napoléon Ier rétablit l’impôt sur le sel. La surveillance de la contrebande du sel par voie maritime devient alors une priorité et des corps de garde apparaissent un peu partout sur le littoral de Séné. Depuis cette guérite, les douaniers avaient une vue imprenable sur la rivière de Vannes car, à cette époque, la pointe de Barrarac’h était vierge de tout arbre. Ils pouvaient se lancer à la poursuite des fraudeurs qui, sur leurs sinagots, étaient souvent trop rapides pour eux. Le bateau des douaniers, la « patache », mouillait en contrebas, à la cale de la pointe.

Avec l’effondrement du cours du sel à la fin du 19e siècle, la guérite cesse d’être utilisée. Propriété d’une famille vannetaise qui l’avait mise à disposition des douanes, elle devient un temps une habitation. Aujourd’hui encore, elle appartient à des propriétaires privées et est envahie par la végétation.

Sources : Notice de l’inventaire général du Ministère de la Culture et Inventaire du patrimoine maritime de Séné réalisé en 2008 par le laboratoire Géomer (disponible sur http://patrimoine.bzh).

A voir aussi

Cale de la pointe

La cale de la pointe de Barrarac’h est considérée comme l’une des plus anciennes de…

Guérite de la Garenne

A l’extrémité de la presqu’île de la Garenne, se trouve une ancienne guérite de douaniers,…